Faire AVEC. Dispositif de médiation

Faire de l’Adaptation face aux Vulnérabilités un Enjeu Commun

Visuel Faire AVEC

 Partenaires :

Le Cerdd, Centre Ressource du Développement Durable : Félix Vève et Marjorie Duchêne

Muséographie :

Chim Cholin, Valentine Equy et Clémence Lucotte du Master Expographie-Muséographie de l’Université d’Artois

 La région des Hauts-de-France, comme toute la planète, est particulièrement vulnérable au changement climatique. De nombreux aléas sont d’ores et déjà visibles sur le territoire et ressentis par les populations. Le Cerdd travaille aujourd’hui pour la transition écologique et l’adaptation au changement climatique sur le territoire. Il accompagne les acteurs et actrices de la région vers de nouveaux modèles de société et participe à la sensibilisation de tous et toutes sur l’ensemble de ces questions.

Pour accompagner ces changements, Faire AVEC est un dispositif d’animation et de réflexion dont le but est de sensibiliser les citoyen·nes au changement climatique, tout en proposant des solutions concrètes d’adaptation. Il intervient dans le cadre d’animation par le réseau adaptation au changement climatique auprès d’adultes désireux de s’engager pour un avenir meilleur, plus vert et respectueux de l’environnement. Les problématiques du changement climatique parfois complexes à comprendre sont exposées au cours d’une discussion où chacun·e est amené·e à s’impliquer. Le dispositif se veut optimiste, proposant des réponses adaptées au territoire et des actions à l’échelle de tous : collectivités, professionnels et individuels.

 


Op’te. Dispositif de médiation pour la transition écologique

Opte Fond de carte

Commanditaire : le CERDD. Centre d'Etudes et de Recherche Développement Durable.

Conception : Ainhoa Gomez, Charlène Paris et Aphélie Savarino étudiantes en Master 2 Expographie Muséographie

La question de la transition écologique est depuis quelques années centrale dans les discours sociétaux. Elle est parfois un sujet insignifiant pour certains et crucial pour d’autres. Aux vues du changement climatique et des prévisions futures, la transition écologique tend aujourd’hui à devenir un lieu commun et collectif. Alors, comment la présenter comme une solution plus juste ? et comment mener à bien de nouvelles pratiques contemporaines à la création d’un nouveau modèle de société durable, responsable et économique ? 

Le projet action Op’Te est un jeu collaboratif. Il est aussi un dispositif de mise en situation avec pour but d’éveiller aux changements climatiques et aux transitions écologiques, au pluriel. Il permet aux joueurs : de conceptualiser et de projeter des actions afin de s’adapter aux changements climatiques ; d’agir dans le but de limiter et ralentir le réchauffement global ; de trouver des manières d'arrêter d’aggraver les déséquilibres terrestres. Il s’inspire des jeux de gestion de ressources et des jeux de rôle. Par équipe, les joueurs ont un temps limité pour améliorer la condition de la planète avant 2030 !

Une collaboration avec le Centre de Ressources sur le Développement Durable permet un contenu juste, scientifique, mais surtout spécifique au territoire des Hauts-de-France. Le dispositif une fois mis à leur disposition, sera animé par leurs ambassadeurs formés en amont auprès d’un large public, dont des élus, des citoyens.

Comité scientifique : Alexis Montaigne et Anne-Louise Negre

Graphisme : Romane Chaillou

 


 Cabanes, façonner des mondes 

Une exposition pour septembre 2022  

Cabanes 1 

Commanditaire : la Cité des Électriciens de Bruay-la-Buissière

Équipe muséographique : Roxane Chambon, Tiffany Corrieri, Lucile Gracia Lopez et Garance Mathieu. 

Un projet d'exposition autour de l'objet cabane avec la Cité des Electriciens, ancienne cité ouvrière de Bruay la Buissière et aujourd'hui centre d'interprétation et d'exposition, lieu éclectique, pluridisciplinaire, de mémoire et de vie. 

Les appels pour un “retour à la nature” se multiplient. Ils se font échos de troubles ressentis par des individus attirés par des modes de vie plus lents et déconnectés. Dans ce contexte, la cabane devient un refuge permettant de ralentir le cycle de vie pour un instant de calme et d'introspection. Les cabanes, perçues comme lieux emblématiques d'un «monde d'après», ne sont plus alors des souvenirs nostalgiques de l'enfance et investissent le domaine du politique : on se (re)construit soi-même par l'édification de sa cabane, on s'y protège, on s'y retrouve avec ceux en qui on a confiance. 

La présence des cabanes historiques de mineurs ayant vécu dans la Cité est le point de départ de cette recherche. L’exposition questionnera ce qu'est une cabane ? Cabane de jardin, de pêche ou de chasse, d'enfant ou d'ermite, de ZAD ou de chantier : de quels sens est-elle porteuse selon son lieu ? La volonté de la Cité des Électriciens est d'interroger cette multitude de formes et de sens. Le parcours muséographique abordera cette pluralité d'usages et les ambivalences autour de la cabane : espace individuel comme collectif, lieu éphémère ou permanent, cabanes d’ici ou d’ailleurs, qui évoque à la fois le dedans et le dehors. 

La réalisation de la scénographie de l’exposition sera l’occasion d’adopter une démarche d’éco-conception respectueuse des enjeux environnementaux : usage de matériaux durables et biodégradables, emploi de matériel de second main, impératifs de recyclage ou de récupération des éléments lors du démontage etc. Ces défis de réalisation ont vocation à reproduire l’expérience constructrice de la cabane telle une mise en abîme et de proposer une exposition soucieuse de son impact environnemental. 

Enfin, l’exposition se veut collective en proposant des temps de partage avec les habitants de Bruay-la-Buissière. L’organisation d’une résidence artistique durant le temps de l’exposition sera ainsi l’occasion de nouer des liens et d'offrir aux habitants la possibilité de co-construire une œuvre avec l’artiste. Ce projet se fait en cohérence et dans la continuité des valeurs d’inclusion et de participation portées par la Cité des Electriciens. 

 


Potageons ! Du Jardin ouvrier au jardin partagé.

Exposition itinérante pour septembre 2022

Potageons Archives départementales du Pas de Calais (FRAD062_36Fi_004__0020_01)

 

Commanditaire : Archives départementales du Pas-de-Calais, Arras

Equipe muséographique : Claire HAMMOUM--FAUCHEUX; Marco ZANNI; Juliette REGNAULT ; Manon DEBOES 

Les jardins ouvriers font partie intégrante de l’histoire des Hauts-de-France et du Pas-de-Calais. Encouragés par l’abbé Lemire à Hazebrouck à la fin du XIXe siècle, ils sont destinés à améliorer la qualité de vie des ouvriers et des mineurs en leur permettant de cultiver leurs propres légumes et en les éloignant du bistrot. Soixante-dix ans après la loi de 1952 les transformant en “jardins familiaux » et portés par l’engouement pour les jardins partagés, ils reviennent en force dans le département. Les Archives départementales du Pas-de-Calais souhaitent dans cette exposition valoriser des archives peu connues sur ces jardins ouvriers et partagés. 

Cette exposition temporaire itinérante revendique une approche transdisciplinaire, entre histoire sociale et politique des luttes au jardin, émancipation féminine, histoires intimes, souvenirs, expression artistique, questions environnementales et mieux manger. Elle aborde une histoire locale et ancrée dans la mémoire des habitants du département. C’est pourquoi une collecte de témoignages a été conduite dans les jardins du Pas-de-Calais. Cette collecte de témoignages sur les pratiques au jardin des témoins, sur leurs techniques, astuces et souvenirs, sera au centre de l’exposition. 

L’exposition cultivera aussi un lien étroit avec son environnement grâce à l’un de ses modules implanté en extérieur. Son parcours abordera l’éducation environnementale à l’alimentation, construisant ainsi un lien avec les programmes scolaires pour permettre des visites des écoles alentour. Outre le public scolaire, et les usager·es habituel·es des jardins, l’équipe muséographique souhaite également toucher un public néophyte afin de lui faire découvrir les bienfaits de cette pratique jardinière. 

 


 Appel d'Air – Edition 5: “Laissez parler les herbes folles”

Appel dAir Herbes Folles

Chargées de projets et commissariat : Elise Franck, Héloïse Putaud, Marion Roy

Appel d’air est un événement artistique et culturel biennal ayant pour but d’offrir à la ville d’Arras et à un large public une exposition d'œuvres interdisciplinaires au cœur de l’espace urbain. Pour sa cinquième édition, l’événement entend aborder les enjeux de l’écologie

Comment renouer avec une attention au vivant sous toutes ses formes, en lui accordant une intensité d’écoute renouvelée ? En quoi les “espaces verts” qui ponctuent la ville sont-ils le lieu de la rencontre et de l’interaction entre espèces ? C’est autour de ces questions que se structurera la programmation de cette édition, attachée à la définition de l’écologie comme “la science des interactions entre les organismes dans un milieu”. Si le milieu urbain est par essence le lieu de rencontre et de vie commune des humains qui y évoluent, la ville ne peut néanmoins plus être pensée aujourd’hui à la seule mesure de l’humain. Elle est au contraire un espace hybride, terrain de cohabitation avec les organismes non-humains - animaux et végétaux - qui la constituent, de manière plus discrète mais tout aussi essentielle. 

Les œuvres du parcours investiront ainsi les parcs, squares et jardins qui parsèment la ville afin de mener les visiteur·euse·s à repenser ces lieux familiers.

Appel d’Air entend impliquer les acteurs du territoire dans le processus artistique en mettant en relation artistes, collectifs écologistes, habitant·e·s et mécènes de compétence. Cette collaboration aboutira à une co-construction des œuvres.

La biennale, pendant ces trois jours de création contemporaine axés sur le lien entre écologie et territoire urbain, se veut un laboratoire éphémère et participatif contribuant à l’élaboration commune de nouvelles manières de vivre, de percevoir le vivant et d’interagir entre humains et non-humains.

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le site internet de la biennale en cliquant ici.

Partenaires (en date de mars 2021): Mairie d’Arras, le Lycée Jacques Le Caron, le - Master DTAE- Université d’Artois, Artésio, Crous, FSDIE 

 

Retour